Recherche
Texte recherché:
Accueil arrow Méthodologie et axe d'intervention
Se reconnaître mutuellement Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
21-05-2008

      Se reconnaître mutuellement (premier principe de la déclaration de Foumban pour une gouvernance tri articulée au service du développement social)

Les organisations citoyennes de base, formelles ou informelles, sont une forme de représentation de la population. Elles agissent dans l'intérêt de celle-ci, en font émerger une voix collective, et ont à rendre des comptes à la communauté tout entière. 

Les autorités locales de leur côté, issues d'une élection démocratique, et les autorités administratives constituent une autre forme de représentation de la population.

Les entreprises du marché de leur coté fournissent l’assistance technique et les prestations nécessaires à la réalisation des programmes de développement social et économique.

 Elles doivent reconnaître mutuellement leur légitimité. La reconnaissance mutuelle est un préalable à la tri articulation (partenariat). Dans le cadre de la décentralisation et de la participation, les communautés de base ne se battent pas pour conquérir du pouvoir politique, mais pour faire reconnaître leur rôle, leur droit de porter leurs opinions et de formuler des propositions : les propositions citoyennes pour moins de pauvreté et plus de démocratie locale constituent à cet effet une excellente illustration, une main tendue aux autorités publiques et aux entreprises du marché.

 La reconnaissance des organisations citoyennes de base implique aussi la reconnaissance de leur histoire, de leur organisation et de leur culture. Il ne s'agit pas d'idéaliser la tradition ou la citoyenneté, mais de la revisiter. Elle joue souvent un rôle essentiel de cohésion de la communauté et de prise en charge de nombreux problèmes : la répartition des terres, la gestion des conflits sociaux, l'éducation, etc.

 Dans les faits, les organisations citoyennes de base assurent des services sans l'intervention des collectivités locales et de l’Etat. La reconnaissance de la valeur de leur travail et de leurs compétences les renforce dans la volonté et la capacité de le faire.

 La plupart des organisations citoyennes de base ont besoin d'un appui extérieur de la part des pouvoirs publics ou des ONG, dans des domaines tels que la gestion et l'organisation, mais doivent être en mesure d'exiger que cet appui extérieur ne vienne pas leur imposer des modèles qui ne seraient pas les leurs. Le renforcement des organisations citoyennes de base doit leur permettre de mieux identifier, relier et hiérarchiser les besoins de leurs communautés.

 Des réseaux, des alliances, des fédérations de communautés de base et des organisations citoyennes à différents niveaux, permettent de construire ensemble l'information dont ils ont besoin, d'échanger leurs expériences et de s'apporter mutuellement leur appui. Le Réseau national des habitants du Cameroun en est un excellent exemple.


La reconnaissance suppose également la prise en compte de la diversité à l’intérieur des communautés de base et des organisations propres aux différents milieux tels que les habitants des quartiers populaires, les femmes, les jeunes, les vieux, les personnes handicapées, les PVVIH (Personnes Vivant avec le VIH)…

 C’est pour quoi nous en appelons aux autorités publiques, afin qu’elles puissent renforcer la participation de ces catégories à la révision du DSRP, à toutes les stratégies sectorielles qui en découleront, au C2D (Contrat de développement Désendettement), au PCPA (Programme Concerté pluri acteurs), à l’IPPTE (Initiative Pays Pauvres très endettés) etc.

 La participation des habitants à ce processus sera d’autant plus évidente si le processus de choix de ses représentants, s’appuyait sur les principes clairs et des règles communément établies, acceptées et accessibles à tous les acteurs.

 Elle sera plus soutenue si le DSRP 2, tout en posant les bases de la croissance économique nécessaire au développement social et économique du Cameroun, prenait en compte les propositions citoyennes pour plus de démocraties locales et moins de pauvreté élaborées par les habitants et adoptées dans le cadre de la présente rencontre.

Dernière mise à jour : ( 21-05-2008 )
< Précédent   Suivant >

Charte africaine du logement social

Télécharger la charte africaine du logement social (version commune)

 Télécharger le charte africaine du logement social (version individuelle)

Télécharger les recommandations  finales

 charte10f.jpg



 

 

 

 

 

Télécharger le dossier thématique sur l'habitat en Afrique

pge_accueil2.jpg


Signer la pétition pour le droit au logement pour tous

 

Triennale des Habitants

Visitez le site web de la triennale des habitants: triennaledeshabitants-cm.org

Interview du président du comité d'initiative de la triennale

Vidéo 14 ans du RNHC

 

 

Adhésion du RNHC

1-Fiche d'identification du RNHC

2-Convention de troc du RNHC

3-Charte du RNHC

Tribune du citoyen
nombre de visites
Visiteurs: 2718962
Facebook

Facebook du RNHC