Recherche
Texte recherché:
Accueil
L’école publique de Makak II rétrocédée à l’État Camerounais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
24-05-2012
Image

Fruit du partenariat État- Société civile, cette donation de la  Fondation Jean-Félicien Gacha a eu lieu le 15 mars dernier en présence de Dieudonné Samuel Ivaha Diboua, précédemment gouverneur de la région de l'Ouest.

« Je m’appelle Hadjara Gambo. Je suis née le 10 octobre 1994 à Makak II. C’est grâce à la Fondation Jean Félicien Gacha (JFG) que je suis allée à l’école primaire de Makak II à l’âge de 8 ans. A 16 ans, après l’obtention de mon CEP dans cette école, j’ai encore bénéficié du soutien de la Fondation pour apprendre le métier d’aide-soignante au centre de Santé de Bangoulap pendant un an. Actuellement, je suis en stage au centre de santé Annexe de Makak. Je tiens ici même à remercier la Fondation JFG qui m’a permis d’apprendre un métier et me rendre utile auprès des habitants de mon village ». Témoignage saisissant d’une jeune fille Bororos, le 15 mars 2012, lors de la rétrocession à l’État Camerounais de l’école primaire de Makak II. Nous sommes en présence de  Dieudonné Samuel Ivaha Diboua, précédemment gouverneur de la région de l'Ouest, des autorités administratives de l’arrondissement de Foumbot et du délégué régional du ministère de l’Éducation de base de l’Ouest.

La cérémonie de rétrocession en elle-même avait commencé avec le discours de bienvenue de Salomon Ngono Ngono, maire de Foumbot qui dans ses propos a tenu à remercier la Fondation JFG pour cet acte de générosité qui participera, à coup sûr, à l’émancipation intellectuelle de cette couche vulnérable Bororos de Makak II, population nomade et sous-scolarisée. Le maire souhaite que de telles œuvres soient pérennisées dans sa commune et que le sevrage ne soit pas brusque mais progressif. Car, dit-il, « Qui dit merci, en redemande encore ! ».

Mme Ly Dumas, présidente de la Fondation JFG, pour sa part, tout en narrant l’historique de la création de cette école publique, qui a été lancée depuis 2005 dans ce village de pionniers peuplé en majorité de Bororos et où presque rien n’existe, rappelle que l’objectif de la structure qu’elle dirige voudrait, à travers des actes concrets, «  contribuer au développement éducatif des populations du Cameroun à travers un programme de formation et d’éducation des jeunes ». Une façon, sans doute de pérenniser la philosophie de son défunt père Jean Félicien Gacha : « Il faut aider les autres, écouter les autres, respecter les autres, guérir les autres…et surtout aimer les autres ». En remettant l’école à l’Etat, Ly Dumas espère que ce dernier continuera l’œuvre enclenchée. Après la signature de l’acte de rétrocession par d’un côté Dieudonné Samuel Ivaha Diboua, et d’un autre Ly Dumas, le gouverneur a exhorté les responsables compétents au niveau régional, départemental et de l’arrondissement de Foumbot de tout faire pour se conformer à l’acte de rétrocession signé avec la Fondation JFG et de compléter sans délais, l’équipe pédagogique de cette nouvelle école et en lui accordant les moyens de l’État pour qu’elle soit parmi les écoles phares de notre région.

 

Mariages précoces

Aux populations de Makak II, Dieudonné Samuel Ivaha Diboua a dit : « voilà désormais votre école, fruit du partenariat État–Société civile. Le gouvernement sévira désormais pour punir les auteurs des mariages précoces qui seront signalés au sein de cette école. Envoyez vos enfants dans cette école pour qu’ils deviennent des présidents de la République et des ministres de demain. Laisser les filles aller à l’école. Participez désormais à la scolarisation de vos enfants et au soutien de cette école que vous offre la Fondation JFG et l’État pour sa pérennité. Vous avez le soutien du Gouvernement. Faites établir les actes de naissance à vos enfants nouveaux-nés pour qu’ils deviennent des citoyens ».

A ce jour, l’école publique de Makak II scolarise une centaine d’enfants issus en majorité des populations nomades en leur donnant la possibilité de s’instruire et de poursuivre un cursus scolaire prolongé. À cycle complet, l’école est bâtie sur une superficie de 5 hectares appartenant au domaine national et composée de 2 grands bâtiments comprenant 6 salles de classes réglementaires, entièrement équipées de tables, bancs et de tableaux noirs, d’un bloc administratif constitué d’une bibliothèque équipée et d’un bureau complet pour le directeur.

< Précédent   Suivant >

Charte africaine du logement social

Télécharger la charte africaine du logement social (version commune)

 Télécharger le charte africaine du logement social (version individuelle)

Télécharger les recommandations  finales

 charte10f.jpg



 

 

 

 

 

Télécharger le dossier thématique sur l'habitat en Afrique

pge_accueil2.jpg


Signer la pétition pour le droit au logement pour tous

 

Triennale des Habitants

Visitez le site web de la triennale des habitants: triennaledeshabitants-cm.org

Interview du président du comité d'initiative de la triennale

Vidéo 14 ans du RNHC

 

 

Adhésion du RNHC

1-Fiche d'identification du RNHC

2-Convention de troc du RNHC

3-Charte du RNHC

Tribune du citoyen
nombre de visites
Visiteurs: 2712468
Facebook

Facebook du RNHC

Qui est en ligne?
Il y a actuellement 47 invités en ligne