Recherche
Texte recherché:
Accueil
Projet TIC-Gouv Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
17-11-2012
Image

Le COPIL s’est tenu

En préparation à la grande cérémonie de lancement du projet le 30 octobre dernier, la rencontre du Comité de pilotage de la veille avait formulé diverses grandes orientations indispensables pour la  bonne marche du programme en cours de démarrage.

Quelques recommandations : la préparation d’un accord contractuel précisant les engagements financiers des unes et des autres parties prenantes au projet, la désignation par un acte officiel des points focaux du projet dans chaque commune concernée, la mise en place d’un groupe de travail dans chaque commune afin de faciliter une meilleure appropriation du projet par les exécutifs communaux des municipalités concernées, la mise sur pied d’une stratégie de plaidoyer afin de faciliter la communication avec les maires et la définition d’ un code d’utilisation et de conduite de la base des données afin que celle-ci ne soit récupérée à des fins politiques ou électoraux. Voila quelques grandes orientations retenues  à la fin de la rencontre du Comité de pilotage (COPIL) du projet TIC pour la Gouvernance Locale et le Budget Participatif, tenue le 29 octobre dernier à Yaoundé.

A cette réunion de COPIL, sorte de « conseil stratégique », du projet en cours de démarrage, il était surtout question, selon Jules Dumas Nguebou, président du bureau exécutif d’ASSOAL de, entre autres, dégager de grandes orientations à respecter dans la suite du processus. Lors des travaux, juste après un bref détour dans l’historique du projet, qui remonte avec les premières expériences d’accompagnement de Budget Participatif (BP) dans les mairies d’Edzendouan et de Batcham en 2004, la parole est passée tour à tour aux représentants des communes partenaires au projet (Douala III et  Douala V, Yaoundé II et Edzendouan). Pour le maire d’Edzendouan, : « entant que commune ayant été premier acteur du BP au Cameroun, quoiqu’à ce moment là ce fut expérimental et que le processus ait été suspendu en 2007, la commune  rurale d’Edzendouan se réjouit de ce qu’ASSOAL l’associe à cette nouvelle expérience dans la gouvernance locale avec, en plus, des innovations qu’ils n’ont pas connu en 2004 lors de la première expérience. Espérons tout de même que l’action, dans sa nouvelle forme, intègrera les réalités d’Edzendouan qui est une commune essentiellement rurale ».

 

Engagement des mairies partenaires

Jacques Mbiafeu, représentant de la mairie de Yaoundé II, pour sa part, a réaffirmé l’engagement du maire Luc Assamba Assamba en ce qui concerne les questions de gouvernance locale et de BP en soulignant que leur mairie a d’ailleurs remporté le premier prix national sur la gouvernance locale, lancé par le FEICOM cette année. Dans chaque quartier de leur territoire communal, il existe des Comités d’animation et de développement (CAD), sorte de relais de la commune qui suivent, dans les quartiers, les projets réalisés par la mairie. Le projet TIC pour la gouvernance locale est donc le bienvenu car il mettra un accent sur la communication des actions qui sont menées dans leur commune tout en donnant la parole aux habitants pour donner leurs avis, par exemple sur les réalisations communautaires. Marie Kobe epse Nitchougno et Aimée Sidonie Kengni Pengoum, respectivement  eprésentantes des municipalités de Douala III et Douala  V, quant à elles, tout en remerciant les autres partenaires du projet, ont rassuré l’assistance que leurs communes joueront effectivement leurs rôles pour  que les résultats escomptés à leur niveau soient effectivement atteints.

 

Appropriation locale du projet

Maxime Montagner, chargé de programmes société civile à la Délégation de l'Union Européenne (DUE) au Cameroun, a souligné, que ledit projet a été retenu sur un lot de 160 propositions de projets.  Sur les 10 projets sélectionnés en tout par la DUE pour accompagner le processus de décentralisation au Cameroun, seuls 2 seront pilotés par les autorités locales et les 8 autres par les OSC. « Ce qui nous a séduit dans le projet TIC pour la gouvernance locale, c’est l’interaction entre la société civile et les autorités locales et à ce niveau, j’interpelle les exécutifs communaux ainsi que les bénéficiaires des mairies concernées à s’approprier le projet afin que même après les changements à la tête des équipes municipales, que les résultats de cette action demeurent », martèle Maxime Montagner, insistant sur la mise en place des mécanismes d’appropriation par les bénéficiaires du projet, qui sont en réalité les jeunes et les femmes des quartiers défavorisés. La réunion du COPIL a été clôturée par la présentation du projet (plan d’actions 2012/2013, budget et plan de financement) par Achille Noupéou, le chef du projet.

< Précédent   Suivant >

Charte africaine du logement social

Télécharger la charte africaine du logement social (version commune)

 Télécharger le charte africaine du logement social (version individuelle)

Télécharger les recommandations  finales

 charte10f.jpg



 

 

 

 

 

Télécharger le dossier thématique sur l'habitat en Afrique

pge_accueil2.jpg


Signer la pétition pour le droit au logement pour tous

 

Triennale des Habitants

Visitez le site web de la triennale des habitants: triennaledeshabitants-cm.org

Interview du président du comité d'initiative de la triennale

Vidéo 14 ans du RNHC

 

 

Adhésion du RNHC

1-Fiche d'identification du RNHC

2-Convention de troc du RNHC

3-Charte du RNHC

Tribune du citoyen
nombre de visites
Visiteurs: 2802517
Facebook

Facebook du RNHC

Qui est en ligne?
Il y a actuellement 66 invités en ligne